Le jeune Homme et la Vie

Un parcours semé d´émois…

Horizons Ardents, Divine Nature, Toi Émoi, Corps Accord sur l’Écume et Ikebana effervescent ; ces cinq recueils avaient été précédé, au fil des années, d’innombrables États d’âme et autres Vagues à l’âme. C’est du reste ainsi que Marcel Nuss avait intitulé deux cycles de poèmes témoignant de l’activité créatrice débordante du fougueux jeune homme qu’il était ; comme le présent recueil en est un florilège où le propos oscille sans cesse entre Éros et Thanatos, des ambiances d’« Amours du Poète » et de « Jeune Fille et la Mort », son titre s’imposait :  

Le jeune Homme et la Vie

On s’aperçoit alors que, naguère déjà, Marcel Nuss était fasciné par le mot, les mots. Prisonnier du vers libre, il évoluait sans cesse dans les méandres d’une imagination débordante ne souffrant aucune censure.

Aucune ? bien sûr que si : celle que lui impose sa pudeur. Le fait est qu’en dépit des apparences et, surtout, du caractère cru de certains mots, ledit jeune poète était déjà très pudique ; ainsi ne dérobe-t-il rien au lecteur, qui peut alors vibrer à sa guise…