à Madame le Ministre Catherine Trautmann

Le 29.03.2020

Une nouvelle et magnifique allée strasbourgeoise

 

Chère Madame,

En rêve m´est apparue une magnifique allée de 3 km de long, voie agrémentée de deux rangées d’arbres et de jardinières ; partout des commerces de détail, des terrasses de cafés, des brasseries, des bureaux de poste, et, circulant en son milieu, des minibus de la CTS à hydrogène gratuits pour les riverains. Ces derniers pouvaient enfin ouvrir leurs fenêtres ou s’asseoir à leur balcon pour goûter la vue et la rumeur feutrée de la ville, sans avoir à respirer de particules ou de gaz nocifs. On n’entendait aucunement le bruit de la circulation automobile, pour la bonne raison qu’elle empruntait un grand tube souterrain allant de la place d’Islande à celle de Haguenau… À chaque extrémité, on disposait de silos et de parkings souterrains. Comme cette avenue remplaçait les avenues de la Forêt Noire, d’Alsace et des Vosges, la CUS l’avait rebaptisée Allée du Mercure vosgien. Pour venir à bout des problèmes liés à la fois aux couches d’argile et de limon et à la nappe phréatique, les architectes s’étaient inspirés des méthodes mises en œuvre par les bâtisseurs de la Cathédrale il y a plus de mille ans, et par les ingénieurs ayant réalisé le Tunnel sous la Manche. Quant aux coûts générés par cette imposante réalisation, impossible de me souvenir qui les avait assumés…

Avec ses facettes multiples, Strasbourg

était devenue l’une des plus belles cités d’Europe, peut-être du monde, et méritait enfin pleinement le titre de capitale européenne

En m’éveillant, je me suis pris à…

rêver à un(e) maire qui, enfin, débarrasserait la ville de cet axe épouvantable à plus d’un titre, que ce soit pour les riverains, les automobilistes, les cyclistes ou les piétons. Vu la pollution qu’il génère, il dégrade la Neustadt depuis 1945 et donne une piètre image de la ville. Et si ce maire providentiel, c’était vous ? Vite, aux urnes, et faisons en sorte que L’Allée du Mercure vosgien voie le jour.

Vous remerciant d’avoir eu la patience de lire ces lignes, je vous prie d’agréer, Madame le Ministre, mes salutations les plus cordiales et les plus respectueuses.

Vincent Lepalestel