Lettre ouverte à madame Catherine Colonna, ministre de l’Europe et des affaires étrangères

 Le 21 février 2022

Arménie outragée, Arménie brisée, Arménie martyrisée, à quand l’Arménie libérée ?

Madame la ministre,

De là-haut, Jean Jaurès et saint Thaddée, Paul Cambon, Marcel Proust et… Charles Aznavour m’ont prié de vous adresser la supplique suivante :

Օգնություն, փրկեք մեզ: trois mots arméniens se prononçant Ognut’yun, p’rkek’ mez ! et signifiant Au secours, sauvez-nous !

En 1895, Jaurès avait clamé « Nous en sommes venus au temps où l’humanité ne peut plus vivre avec, dans sa cave, le cadavre d’un peuple assassiné. » Rien n’aurait donc changé en 2022 ?

L’Arménie, qui fut le premier royaume chrétien, est de fait le principal berceau du christianisme ; je ne vous ferai pas l’affront, Madame, de vous inviter à vous pencher à nouveau sur la carte de ce pays, pour réaliser une fois de plus à quel point il est cerné par l’adversité. Devons-nous revivre un tristement célèbre 24 avril ?

Île européenne délaissée par Bruxelles, l’Arménie et sa tragédie actuelle sont passées à la trappe tant la guerre en Ukraine mobilise les esprits ; mais si l’Occident a trouvé le moyen d’envoyer des renforts à ces Européens harcelés par certain grand voisin, ne pourrait-il pas intercéder pour calmer les velléités territoriales de l’Azerbaïdjan ? Et réparer définitivement les monstrueux dégâts occasionnés par Staline ?  

Faisons un vœu : que vous et vos équipes imaginiez un subterfuge pour que soit définitivement sauvée cette province caucasienne de l’Europe, notre si cher Hayastan ! En son nom, un grand merci à vous.

Veuillez agréer, Madame la ministre, mes salutations les plus distinguées.

Vincent Lepalestel, un Européen passionné