Lettre ouverte aux super-volcans et aux prochaines météorites en passe d’anéantir notre monde

Le 05.10.2022

La modeste et aberrante supplique qui suit étant simpliste, il revient à chacun d’entre nous de faire preuve d’imagination pour étoffer et diffuser l’idée qui y est exposée ; avec un peu de chance, elle fera des petits…

Madame et Messieurs les destructeurs potentiels,

De grâce, laissez-nous encore un peu de temps pour nous permettre de passer du stade de sauriens primitifs à celui d’homo sapiens

En effet, à cause, respectivement, de votre imminente dantesque super-éruption ou de votre prochain impact dévastateur, notre planète Terre sera plongée dans le noir, et il s’ensuivra une période glaciaire d’une dizaine d’années.

À l’instar de certains pays, comme la Suisse, qui a transformé ses montagnes en gruyère pour en faire de sûrs refuges, il faudrait que, partout et vite, on creuse d’immenses tunnels pour abriter les populations pendant tout le temps que durera cette calamité. Les galeries devront être surdimensionnées pour garantir survie et confort, entre autres pour engranger des centaines de tonnes de produits de première nécessité, de conserves, d’hydrogène solide (= réserve énergétique en batteries), mais aussi pour permette la pratique de certaines cultures et l’élevage d’insectes destinés à la consommation. Une énumération exhaustive nécessiterait des centaines de pages comme celle-ci… Or peu vous en chaut, vous qui ne pensez qu’à entrer en éruption ou à choir.

Il est évident que, nécessitant logistique perfectionnée et infrastructures pharaoniques, de telles réalisations seront plus que dispendieuses. De quel chapeau sortir cet argent ? Où puiser l’intelligence, l’énergie et le courage pour mettre en œuvre de tels projets ? Vous, avec votre encéphalogramme minéral plat, vous n’en avez aucune idée, bien sûr.

Réponse : du même couvre-chef que celui qui nous sert, à nous les primitifs, à fabriquer de l’armement pour exterminer nos semblables, des mêmes ressources intellectuelles que celles que nous mettons en œuvre pour ériger des gratte-ciels de près de mille mètres, pour vider les océans de toute vie, pour raser les forêts ou pour jouer avec le feu (nucléaire). Ce fonds-là étant inépuisable, je vous en conjure, vous les dragons de pierre et de feu, patientez encore un peu avant d’exploser ou de tomber !

Faisons court : tout ce que nous, les misérables sauriens primitifs, nous réalisons, y compris le sublime, nous conduit déjà à notre perte inexorable vu qu’il faut détruire et polluer pour créer : alors, vous les titans, retenez-vous encore un peu avant de sévir, le temps pour nous d’évoluer et d’ajouter un sapiens à sapiens, de monter en grade, en somme. Ne jouant plus à l’autruche, nous pourrons alors nous lancer dans ledit projet de parade anti-cataclysmes, et vous ne nous ferez plus peur.

Merci à vous, les super-volcans et à vous, les météorites, de bien vouloir procrastiner encore … années.

Vincent Lepalestel